Main de fer dans un gant de fer





«Le secret d'une autorité, quelle qu'elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu'ils sont coupables.» (Raoul Vaneigem)


J'ai envie de me laisser aller à la confidence et de rigoler un bon coup. Parce que souvent, s'esclaffer libère le cœur de l'envie de brailler sa vie comme une Madeleine, et que de toute façon, autant le rire que le pleurnichage donne des rides précoces, donc tant qu'à rider en accéléré, aussi bien le faire dans la bonne humeur et l'espièglerie. Il y a des jours, vous en conviendrez, où dès le lever du corps, notre auriculaire nous raconte qu'on va avoir tort sur toute la ligne, peu importe nos meilleures intentions et notre raisonnement affûté comme un couteau japonais. On est pourtant bon comme le pain, intelligent (supposément), mignon à croquer, on a de la compétence et de la répartie, on sait des tas de choses spectaculaires, on est informé. Qu'à cela ne tienne, vous croiserez probablement aujourd'hui, tout comme moi, la route d'un des gardiens inflexibles de la pensée logique, d'un suppôt de la frigide rectitude à la main de fer dans un gant de fer, d'un spécimen empreint de frustration mal camouflée qui marche le dos plus droit que la droiture elle-même avec un bâton enfoncé dans le derrière en guise de tuteur, et qui trouvera assurément le moyen de vous transpercer les méninges de son fiel avec sa rigoureuse lance et vous faire trépigner de rage intérieure. En passant, rectitude et rectum, ça vient de la même racine latine rectus. L'être trop droit ne plie l'échine que pour entrer dans sa voiture et il nous observe de ses gros yeux réprobateurs quand nous courbons la nôtre pour d'autres raisons pourtant valables. Je me bidonne de ces «individus-poteaux» et de leur nuque fatiguée à supporter de si grosses têtes. Ils tentent de convaincre Dieu le Père tout puissant et ses disciples que l'économie est la seule vérité qui vaille. Bonne chance avec ça, le grand!



Ces gens bornés que l'on croise régulièrement sur le sinueux sentier de notre quotidien, au boulot, à l'école, au cours d'aérobie, sont des personnes pourtant cultivées et instruites dont le verbe roucoulant est teinté d'humour, car ça en prend à la pochetée pour réussir à convaincre autrui qu'il a tout faux et eux tout vrai. Le quidam zyeute, tend attentivement l'oreille et espionne vos pages de réseaux sociaux comme un déchaîné, véritable sentinelle à la recherche de la petite bestiole, celle qui vous rendra coupaaaable (ô sacrilège!) de penser d'une certaine manière, de ne pas être assez féministe, pas assez politiquement engagé, pas assez consommateur de bouffe bio, pas assez anti-pipeline, pas assez outré de la naïveté des uns ou de la méchanceté des autres. Vous n'êtes pas assez, pauvre vous! Rien que cela! Mais n'ayez crainte, ça arrive tout de même que vous être aussi un brin trop. Vous parlez trop fort, vous être trop patient quand on doit vigoureusement s'opposer à la saveur de la semaine des aberrations, trop bonasse (you love to love too much, il faut se calmer!), trop suiveur (suivez la queue-leu-leu, le charmant précipice est par là-bas), trop excité pour des pacotilles à la con, trop exubérant, trop perturbant. Trop c'est comme pas assez, c'est comme être repoussé dans des retranchements extrêmes, dans une zone d'eau ou de feu, mais jamais entre les deux.


Bon. Il faut dire que vous avez des tares indiscutables aux yeux de ce piquet vivant aux idées bien alignées. Vous aimez vous maquiller, mais selon l'illuminé en question, ça souligne surtout un signe flagrant de votre endoctrinement au capitalisme et à l'hypersexualisation, et un manque de sensibilité envers votre propre personne, au cas où vous ne le saviez pas. Vous êtes une pauvre victime du rouge à lèvres et du fard à paupières. Peu importe que vous raffoliez en toute sincérité de l'effet glamour qu'une ligne de khôl fait à vos yeux noisette, cette raison ingénue en cache une autre, plus signifiante: Mesdames, vous vous trouvez probablement hideuse dans votre for intérieur, et vous camouflez votre abjection pour vous-même sous une couche dense de poudre compact, comme d'autres développent boulimie ou anorexie. Simplement aimer le maquillage, c'est im-po-ssible. La vie ne peut pas être si simplette. Ce n'est juste pas autorisé.



Même chose pour les amateurs de sports populaires (le hockey, le baseball, le football, alouetteeeeeee!) qui sont des candidats potentiels à l'amour... Être un fan fini d'un de ces sports, avec le jersey, les banderoles, les billets de saison, les collections d'autographes et les égoportraits avec son joueur favori au IGA du coin dans l'allée des confitures est probablement le pire turn-off pour l'être stuck up suprême. Le mec ou la nana dans son collimateur a beau être un militant accompli, un jardinier hors-pair, un cuisinier de grand talent, aimer la raquette, parler cinq langues, il a beau être célibataire et désireux de flirter avec l'intéressé, sembler gentil et attentionné, pas question de sortir avec ledit candidat, oh que non!, car ce dernier n'est fort probablement pas raisonnable du tout, de par son obsession démesurée pour une activité populiste. L'effet de foule, vous savez, ça ramollit un organe utile pour penser... Et la raison, pour un rigoureux adepte de la rectitude maladive, c'est tout ce qui compte. L'équation est élémentaire: Pour être raisonnable, il faut raisonner. Et lorsqu'un partenaire met son cerveau sur pause pendant les matchs, ça devient impensable, voire rébarbatif. Comment peut-on de toute façon entretenir une discussion philosophique sérieuse entre deux périodes avec Michel Bergeron en bruit de fond? (T'inquiète le tigre, ne prend pas ça personnel, l'être trop droit pour toi et moi ne comprend rien de rien au hockey.)


N'est-il pas marrant d'observer pareil individu se vautrer en clopinant dans sa maturité boiteuse, unique rempart un peu bancal mais tout de même assez solide pour contrer ceux qui avaient la rectitude légère? Les êtres habités par cette obsession pour la rationalité ne sont véritablement paisibles que dans une discussion profonde où leur avis, illustré par une panacée de concepts compliqués, fait boule de neige et devient un trend dans sa communauté. Parfois, c'est à se demander s'ils ne sont pas plus rebutés par le désintérêt de leur entourage envers leur blabla incessant que par la brochette toute garnie de disparités alimentant au quotidien chaque recoin de notre planète bleue. L'amateur de rectitude extrême souhaite élever la pensée d'autrui au delà de la stratosphère et c'est tout en son honneur, mais l'espace, avouons que c'est haut en titi. Pour monter, ça prend de la légèreté. Trop de lourdeur provoque des hécatombes et parfois, la chute peut être cruelle. Le défi en est donc un de taille forte! Du 2X minimum. Mais quel altruisme que de guider la conversation vers tous ces terrains aussi glissants que des patinoires sans tomber sur le coccyx! Ils sont les maîtres invétérés du triple Axel triple boucle piquée de l'argumentaire tiré par le cheveux. De quoi donner une sale migraine à quiconque! Pourquoi tant vouloir se prendre au sérieux, comme si c'était une vocation? Leur dévotion pour la rectitude est aussi importante que des vœux religieux, même s'ils sont les premiers à prôner l'athéisme.


Soupirons en chœur un instant. Avouons que c'est un peu saoulant que de se faire faire la morale par un bougre qui n'a que deux leitmotivs en tête : celui des grandes théories sur le genre humain et celui des sentiments douceâtres et mièvres, fruits de cette bordélique mère Nature. Il faut écouter son corps déblatérer (ton intestin grêle te passe un message, tu sais), laisser la mer péter un plomb quand ça lui tente, être l'ami des bêtes (même du Python de Verdun [1], là), composter son caca. Ces gens-là, ça cultive les bonnes intentions comme un jardin potager, aseptisant un à un au nom de l'humanité sophismes, idées préconçues et salades césars extra vinaigrette racontées par autrui pour les anéantir, mais ça n'a ne distingue pas toujours les vilaines orties des pousses d'épinards et ça prend un peu vite son vis-à-vis pour un pied de céleri lorsqu'un désaccord est dramatiquement mis à nu. Un pied de céleri sans fromage à tartiner, en plus!


Blague à part, il faut tout de même louer ce trait de caractère, car c'est avec des gens engagés, des militants, des convaincus que la planète devient meilleure un jour à la fois. Même s'il est fort déconcertant de constater la maladresse de certains qui, au nom de l'avancée sociétale, se permettent des critiques assez virulentes sur les choix de leurs pairs, il est vrai que l'art de bien choisir, d'être «sur la coche», n'a point été donné à tous et que lorsque le don de la rapidité d'esprit a été distribué au genre humain, certains brillaient par leur absence, probablement au bar en train de trinquer allègement au nom d'une quelconque banalité. Quoi qu'il en soit, le tact, la diplomatie, le discours de l'autre, s'avèrent des qualités essentielles aux grands débateurs, qu'ils soient rigides ou nonchalants, pour mobiliser tous et chacun à leurs multiples causes et griefs. Sans écoute, sans réelle envie de connaître l'interlocuteur, la rectitude passe soudainement pour de la rigidité, de la froideur et de la pédanterie mal placée, tandis que la désinvolture, à l'opposé, laisse une impression de vil désengagement, de désintéressement, de déresponsabilisation chronique, beaucoup trop de «dé-quelque chose» pour une seule et même personne, en fait. Il y a un moment pour jouer au moralisateur professionnel, un instant pour se montrer solidaire et un autre pour passer son tour.



Mieux choisir ses batailles, ses moments pour reluire et pour barouder, râler un bon coup quand ça en vaut la peine uniquement, et pourquoi pas, troquer son gant de fer pour la douceur du velours semble la meilleure stratégie pour vivre en société. Ne permettrait-elle pas de se rendre plus sympa aux yeux de ses voisins? Après tout, un poigne de fer dans un gant de fer laisse surtout présager que le cœur est plus métallique qu'il n'en faut et que les larmes, lorsqu'elles fusent, ne sont que de vulgaires limailles. Et le métal, on le sait, ça laisse un goût ferreux et persistant en bouche.



[1] serpent disparu à Verdun en 2016, dont on parlait abondamment dans les journaux.

#FÉVRIERL1

| par La vie est un piment

Voyage | Style de vie | Bonne humeur | Piment