Passeport pour Dahab


«Le vrai bonheur est dans le calme de l’esprit et du cœur.» (Charles Nodier)


Nous sommes à la veille de mon départ de l'Égypte. Je suis sidérée par le temps qui s'est égrené trop vite, mais je n'ai pas de contrôle sur cet élément, malesh, comme disent les égyptiens en haussant les épaules. Hend et moi sommes avachies sur le lit de notre petite auberge de Dahab, en pyjamas comme deux adolescentes qui vont placoter toute la nuit. La forte brise fait vibrer les vitres de la chambre, on entend au loin la mer qui fouette les rochers, j'ai une chanson de Zaz, «Éblouie par la nuit» qui me trotte dans la tête. On a abandonné les autres au restaurant alors qu'ils vapotaient leur chicha au melon d'eau, et ainsi nous permettre plus de tranquillité pour jaser de Sinaï, de soleil et de paix d'esprit, mais surtout, de cette Dahab que toutes deux aimons tant. Je suis mélancolique, Hend est nostalgique, on goûte le sel et on a le cœur brisé de quitter ce lieu tout en vent et en enchantement aux balbutiements de la journée qui poindra bientôt.


Mise en contexte


Hend est mon amie, voire ma sœur. Je l'ai connue en 2008, lors de mon tout premier séjour en Égypte. Elle fut ma guide au Caire, sa ville de résidence, puis, après une certaine correspondance, nous nous sommes revues avec joie, et l'amitié réelle s'est installée, douillette. Nous nous voyons peu, compte tenu de la distance, mais à chaque fois, c'est la fête! Et me voici en Égypte avec elle, avec cette sensation de déjà-vu qui me tenaille à chaque fin de voyage et cette envie folle de vous la présenter pour qu'elle vous parle de son havre de bonheur: Dahab, petite bourgade du Sud-Sinaï bordant le golfe d'Aquaba, à l'orée de la mer Rouge.


La guide touristique qu'elle est ne va pas à Dahab pour son travail. Elle s'y réfugie par pur plaisir et ainsi laisser entrer la magie en elle. Je l'ai bombardée de questions et je la laisserai donc vous raconter elle-même cette Dahab, comme une belle histoire qui vous fera rêver. Je lui laisse la parole ici.

Prénom: Hend هند

Profession: Guide touristique «freelance»

Nationalté: Égyptienne

Je m'appelle Hend Magdy, je suis guide touristique depuis une dizaine d'années et mon coup de cœur incontestable, c'est Dahab, une petite ville colorée où il fait bon vivre, sur la péninsule du Sinaï.

Dahab, c'est où?

Dahab est une petite ville bédouine du Sud-Sinaï, en Égypte. Elle fait face au Golfe d'Aquaba qui sépare l'Égypte de l'Arabie Saoudite et est accotée sur un désert aride et montagneux. Elle est située à une heure de voiture au nord de la célèbre station balnéaire Sharm-El-Sheikh, et à environ la même distance au Sud de la ville de Taba, tout près d'Israël.


Qui y vit?


Outre les touristes, il y a deux sortes de gens qui cohabitent à Dahab: Les Bédouins, peuple natif du Sinaï, et les étrangers, qui pour la plupart sont des retraités ou sont liés à l'industrie du tourisme. Les Bédouins sont des gens aidants et engagés. Ils respectent et protègent les étrangers qui habitent ici et sont fiers de leurs terres et de leurs traditions. Ils aiment la mer et le désert, et ont un mode de vie que reflète cet amour indéniable. Quant aux nombreux étrangers vivant ici, plusieurs ont eu un coup de cœur pour cette ville et s'y sont installés pour l'ambiance et le mode de vie paisible et jovial, tandis que d'autres travaillent ici, souvent dans des centres de plongée ou dans la gestion hôtelière. On m'a chuchoté qu'il y aurait soixante-cinq centres de plongée à Dahab. Le tourisme ici est principalement lié à l'eau et ça se reflète aussi chez ses habitants. On y retrouve des surfeurs, des plongeurs, des kite surfeurs, des véliplanchistes.


On croise quelques hippies, de jeunes familles, des bronzés. Ici, tout le monde est bienvenu. Une femme portant le niqab [1] peut se tenir à côté d'une fille en bikini, et aucune n'attirera le regard de l'autre pour autant. Les hommes sont respectueux des femmes. En dix ans, je ne me rappelle pas avoir entendu d'histoires de harcèlement ici. Je crois que les gens sont conscients que ça aurait un impact très négatif sur la ville et sur l'industrie du tourisme déjà fragilisée au Moyen-Orient. Tout le monde est au fait du pouvoir des médias sociaux. Si quelque chose de négatif arrive, ça peut devenir viral rapidement et faire beaucoup de torts à la bourgade. C'est le lot des petites communautés. Tout le monde se connaît et personne ne veut risquer sa réputation pour devenir le pariât du coin.


Est-ce une destination facile ou difficile d’accès?

Réservations, visa et accessibilité


On peut se rendre à Dahab de deux façons: Par voie aérienne ou par voie terrestre. Bien qu'il n'y ait pas d'aéroport à Dahab, il y en a un à Sharm El-Sheikh, qui n'est qu'à environ 100 kilomètres de distance en voiture. L'aéroport international de Sharm El-Sheikh accueille des vols de l'Europe et du Moyen-Orient à tous les jours. À partir de l'aéroport, il est très facile d'organiser un transport vers Dahab à prix raisonnable, que ce soit en taxi ou en prenant entente au préalable avec ton hôtel qui peut souvent venir te chercher. On peut aussi prendre un vol intérieur depuis l'aéroport du Caire vers Sharm El-Sheikh. Le vol dure une heure et le prix est plutôt abordable.


Si tu es basé au Caire, tu peux aussi faire le trajet en autobus, mais c'est un long voyage, je t'avertis, principalement à cause des multiples checkpoints sur la route, entre autre dans la zone du canal de Suez, qui est militarisée. Le tout peut facilement prendre de neuf à douze heures. Il est donc recommandé de voler vers le Sinaï, non pas pour des raisons de sécurité, car les routes sont sécuritaires, mais parce qu'on peut être obligé d'attendre aux points de contrôle et qu'on est souvent obligé d'y voyager en convoi, ce qui constitue une perte de temps.


Pour voyager en Égypte, il faut un visa, qui peut présentement être acheté en ligne [2] ou à l'aéroport d'entrée, tout dépendamment de ta nationalité. Il faut se renseigner auprès des services consulaires.


On peut trouver à Dahab toutes les sortes d'hébergement possibles, à commencer par les campements bédouins jusqu'aux hôtels cinq étoiles. Il est facile d'y louer un appartement. Dahab peut convenir à tous les budgets. Cependant, je ne te recommande pas de choisir une option «tout inclus», mais plutôt un endroit où on t'offre le petit déjeuner seulement, car il existe une multitude d'endroits fantastiques en ville pour manger, entre autre des produits de la mer d'une fraîcheur incomparable. Manger en ville à Dahab avec une vue sur la mer est très agréable.

La langue


Les Égyptiens parlent l'arabe, leur arabe, en fait, qui ne ressemble ni à celui du Maghreb ni à celui, plus classique, utilisé dans le Coran, mais il est très facile de se faire servir en anglais à Dahab, plusieurs étrangers y vivant à l'année longue.

Ce qui te fait adorer Dahab


Je pourrais écrire un roman sur le sujet tellement j'ai de raisons d'aimer Dahab. Curieusement, je n'ai pas aimé l'endroit tout de suite. La première fois que j'y suis venue, c'était en 2007 pour une fête d'au revoir d'une amie. Je suis Cairote, et Le Caire, c'est une ville complètement folle, achalandée et bruyante. J'étais dix ans plus jeune qu'aujourd'hui, et je crois qu'à l'époque, je n'étais pas prête à aimer Dahab, tout simplement. Je me disais: «C'est mortellement tranquille ici!». Dans le quartier où j'habite, c'est local, très très baladi [3] et on peut entendre les gens parler dans la rue depuis notre salon, on entend leurs pas qui raisonnent, les vendeurs ambulants, tandis qu'à Dahab, tout est calme aussitôt le soleil couché, sauf si tu es dans la zone du phare. Le reste de la ville est d'une tranquillité désarmante pour une citadine comme moi. Les gens sont des couche-tôt, et tout ce que tu vois grouiller dans la rue, le soir, ce sont des chèvres et des poulets (Je lui fais remarquer en riant que lorsqu'on est jeune, on aime bien brûler la chandelle par les deux bouts...). Peut-être étais-je plus apte à endurer le bruit, dans le temps? En plus, je n'aime pas trop nager et je ne pratique pas d'activités aquatiques, ce qui pourrait laisser croire que je suis au mauvais endroit, puisque Dahab, c'est avant tout un haut lieu de toutes les activités aquatiques possibles.


J'ai commencé à m'ouvrir un peu quand une amie m'a convaincue de faire de la plongée en apnée. Ce que j'ai découvert sous l'eau m'a complètement enchantée. Je n'aurais jamais pu imaginer que cette petite ville cachait autant de couleurs dans ses eaux. Déjà, moi et les poissons cohabitant paisiblement, c'était un exploit! (Hend éclate de rire ici en me regardant d'un air entendu, moi qui suis bien consciente de sa relation amour-haine avec les poissons en général). Ça n'a pas changé ma vision de l'époque, mais j'ai commencé à comprendre la vibe de la place. À l'époque, je n'avais pas beaucoup d'amis ici, et je ne connaissais pas bien l'endroit non-plus, quoi faire, où aller, comment profiter pleinement de Dahab.


Puis, en 2013, j'ai commencé à venir plus souvent, car des amis y ont emménagé. Lorsqu'ils vivaient au Caire, nous nous voyions à toutes les semaines. Suite à leur départ pour le Sinaï, j'ai commencé à venir à tous les deux ou trois mois, et c'est ainsi que mon attachement à la ville s'est développé. Les bons souvenirs en leur compagnie ont semé leurs graines, mais aussi la ville elle-même, car ici, personne ne te juge pour ce que tu portes, pour ce que tu fais, pour ce dont tu as l'air. Tout le monde s'en fout.


J'aime aussi l'ambiance de la ville. Lorsque je passe une semaine ici, j'y viens principalement parce que c'est le seul endroit au monde où je peux retrouver ma paix intérieure. Pour te mettre en contexte, Le Caire est une ville de vingt millions d'habitants. On ne sait jamais combien de temps ça nous prendra pour nous rendre d'un point A à un point B. Ça peut prendre trente minutes ou une heure trente minutes pour parcourir la même distance. Tout ce trafic, ce bruit et cette pollution sont vraiment épuisants pour le corps et l'esprit. Même lorsqu'on sort simplement en voiture, trouver un espace de stationnement est un grand art qui requiert une patience presque inhumaine. On passe notre temps à vivre dans les odeurs, dans le bruit des klaxons, des sirènes et dans le brouhaha des gens qui s'affairent, et ce, vingt-quatre heures par jour! Aussi, au Caire, comme dans toutes les mégalopoles du monde, on te juge, on scrute comment tu t'habilles, ce dont tu as l'air, qui tu es, où tu vis. À Dahab, en comparaison, tout ça importe peu. Si tu te promènes dans la rue en pyjama, personne n'en fera de cas. On te regardera à peine, tout au plus.

Endroits favoris


Une attraction: Dahab est un des fiefs les plus connus pour la plongée sous-marine, la planche à voile et le kitesurf. Une attraction très intéressante est le célèbre blue hole [4], le trou bleu, site réputé mondialement comme étant un des meilleurs endroits où plonger, pour les plongeurs expérimentés. Même si Dahab regorge de sites de plongées prestigieux, c'est celui-ci qui se démarque. Je ne fais pas de plongée, mais c'est tout de même un endroit intéressant où aller siroter un thé en regardant les plongeurs s'exécuter.


Un restaurant: Ali Baba, sans hésiter (Elle rit encore. Il faut dire que ça fait quatre jours qu'elle et moi y allons à tous les soirs, sans exception. C'est aussi mon «spot dahabien», j'avoue). Le personnel est fantastique, le service est incroyable, l'univers créé dans la décoration est magnifique. Même si certaines personnes pourraient penser que l'endroit semble dispendieux, je te dis ceci: Vas-y, et une fois que tu auras essayé la nourriture, observé le service, le professionnalisme des employés, constaté la beauté de l'endroit, tu sauras que le prix payé est ridiculement peu à comparer à ce que tu auras reçu en échange. Ils m'ont carrément faire aimer le poisson de nouveau après huit ans d'abstinence. Ils ont même réussi à me faire déclarer devant témoin que j'étais dans un «mood de fruits de mer». Je n'arrive pas encore à assimiler que je mange maintenant des crevettes, du poisson, des coquillages et des calmars. C'est surréaliste! Je suis la preuve vivante que tout ce qu'offre Ali Baba est frais et incroyablement délicieux. C'est tout simplement la meilleure place à Dahab pour un café, un snack de fin de journée, un repas complet ou pour fumer la chicha en bonne compagnie et si tu es buveur, tu peux y apporter ton alcool.


Une découverte: Ralph's German Bakery [5], incontestablement. Il y a deux succursales à Dahab, et maintenant une au Caire, ce qui me rend joyeuse comme tout. Leurs desserts sont délicieux, rien de moins.


Un coin de paradis: La lagune. C'est en quelque sorte une zone protégée par les montagnes, ce qui réduit de beaucoup le vent du secteur. On peut s'y délecter d'un superbe coucher de soleil, y avoir un pique-nique, demander aux Bédouins de nous amener une couverture, s'y asseoir (on appelle ce mode de vie le farsha, en arabe), et siroter un thé bédouin parfumé et sucré tout en zyeutant les gens pratiquer la planche à voile et le kitesurf. Ils sont impressionnants à regarder. Dahab a plusieurs plages rocailleuses, mais à la lagune, la plage est sablonneuse, c'est très agréable.


Autres activités disponibles


À Dahab, on peut faire des excursions dans les canyons en périphérie, on peut faire un safari dans le désert ou participer à un diner bédouin. On peut aussi simplement se promener sur la corniche et profiter des cafés. Ce que j'aime particulièrement et que je n'ai vu nulle part ailleurs, ce sont justement tous ces petits cafés au style éclectique, mixant le vintage à l'art égyptien classique, tout en faisant ressortir l'influence hippie et «surfeur» dans une palette de couleurs apaisante. Quand on entre dans ces cafés, j'ai l'impression que chaque personne s'y retrouve un peu. Au moins un élément vient nous chercher, nous émouvoir. Certains ont des balançoires qui surplombent la mer, d'autres des hamacs qui donnent l'impression qu'on est assis sur les vagues.

Moments favoris


Mes meilleurs moments ici sont liés à mes amis, et par eux, j'ai été capable de rencontrer d'autres personnes. Lorsque je viens à Dahab, je socialise avec tous ces gens. C'est très facile d'y rencontrer des gens, d'ailleurs. J'ai l'impression d'avoir ma propre communauté. Ce qui me plait particulièrement, c'est profiter de la ville, sans pour autant faire des excursions. Bizarrement, mes meilleurs souvenirs sont liés à la cuisine. J'adore cuisiner avec mes amis chez eux et profiter de cette atmosphère de vacances et de paix que procure la cuisine, jumelée à de la musique que l'on écoute tout en regardant la mer... Faire la vaisselle en regardant la mer, ça change tout! C'est plus glamour.


Quand je retourne au Caire, je suis déprimée pour quelques jours. Je suis stressée, et je dors très mal. Dahab, c'est si relaxant! La grande ville est un difficile retour à la réalité. Le vent me manque, car Dahab, c'est du vent à profusion. Mon hijab est très pratique, ici. Pour les kite surfeurs, ce sont les conditions parfaites, évidemment, mais si tu t'inquiètes pour ton brushing, tu pourrais avoir quelques enjeux avec le vent. Je dis ça comme ça (rires). Il faut toujours vérifier les prévisions météorologiques pour éviter de geler... Bon, évidemment, si tu viens du Canada, ça ne changera pas ta vie, mais pour une Égyptienne comme moi, c'est un peu frisquet en basse saison. Pour nous, 20°C, c'est l'hiver et on a besoin de s'habiller chaudement. En été, par contre, il y fait très chaud.

Ta pensée sur les différences entre ce qui est véhiculé dans les medias et ce qui se passe pour vrai au Sinaï


Le tourisme au Sinaï est faible en ce moment. Il a été affecté par des attentats terroristes qui ont eu lieu dans le Sinaï du nord, très loin d'ici, pourtant. Les gens paniquent lorsqu'ils entendent le mot «Sinaï» aux nouvelles. Ils n'ont aucune idée de la taille énorme de la péninsule. En fait, Dahab est à environ 400 kilomètres de la zone problématique, laquelle n'est pas accessible aux touristes. En regardant le Sinaï sur Google Maps, on se rend compte que c'est un grand désert avec des zones bien distinctes. Dahab est sécuritaire à 100%, tout comme le Sinaï du Sud. La police a sécurisé le secteur il y a déjà longtemps, et des tribus bédouines amies ont organisé des points de contrôle dans la région, et savent qui entre et qui sort. Nonobstant la police, Dahab est sécuritaire de par sa propre population. Les gens qui y vivent sont sensibilisés et protecteurs.


Si tu veux inciter les gens à venir, tu leur dis quoi?


Si j'ai à faire un speech de vente, je dirais que l'amour que j'ai pour Dahab est quelque chose que je souhaite partager. C'est ici que je retrouve ma paix intérieure si précieuse. Je peux garantir que Dahab te fera sentir chez toi et que tu auras grand mal à la quitter.

Hend Magdy est une guide touristique diplômée de Helwan University, qui travaille à la pige. Elle organise sur mesure et dirige des voyages partout en Égypte, en langue anglaise ou en arabe. Si tu es intéressé à visiter l'Égypte autrement, tu peux la contacter par courriel au hend.magdy@hotmail.com .




[1] sorte de voile islamique très couvrant.


[2] https://www.egyptvisa.com


[3] local


[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Blue_Hole_(Red_Sea)


[5] http://ralphsgermanbakery.com/




| par La vie est un piment

Voyage | Style de vie | Bonne humeur | Piment