Passeport pour la Crête


«Les îles sont toujours des frontières face au monde.» (José Carlos Llop)


Mise en contexte


J'ai rencontré Any un lundi de juin lors d'une soirée parfaite à Mexico, parfaite comme seules les soirées entre amis peuvent l'être. Parfaite comme une douce histoire de voyage à se ressasser inlassablement lors de nos instants de nostalgie. Nous avions un ami commun qui y était de passage pour une seule soirée, et il nous avait convié à passer un bout de nuit dehors avec lui dans le tumulte de la capitale. J'ai tout de suite aimé la belle jeune femme paréidoliste (elle voit des visages partout!) à la narine percée. Tout comme moi, elle était passionnée de littérature et avait une panoplie de mots préférés, rêvait de voyages et aimait la mer. Et tout comme moi plus jeune, elle était à la croisée des chemins, ayant envie de donner une nouvelle direction à sa vie, peut-être en suivant celle du vent, qui sait, mais elle ne savait pas encore si le meilleur moment pour se laisser porter vers le renouveau telle une plume d'oiseau soufflée par la brise était venu. Quoi qu'il en soit, la conversation a tout naturellement bifurqué sur sa double nationalité grecque et mexicaine, abordant entre deux fous-rires les exagérations (pas si exagérées que cela) du film My big fat greek wedding, puis sa quête de découverte de la Grecque en elle, quête l'ayant menée à emménager pour un moment en Crête quelques années plus tôt. J'ai eu soudainement envie qu'elle nous la partage un peu et elle a gentiment accepté de le faire. J'ai tout à coup envie de partir pour la Crête. Αντίο[1] .


Je vous présente Any. Any, mes lecteurs.


Nom: Anyelina Skartados

Nationalité: Greco-Mexicaine

Qui es-tu dans une phrase?: Un mélange de mer et de terre.


Pourquoi as-tu déménagé en Crète? Pourquoi as-tu choisi cette île?


L’histoire de mon lien avec la Crète est plutôt amusante car, bien que mon père soit Grec, il est né sur une petite île appelée Astypalée qui n’a pas grand-chose à voir avec la Crète. Tout cela remonte surtout à un voyage que ma demi-sœur a fait lorsqu'elle avait dix-huit ans. L'un des arrêts était la Crète, en particulier Iraklio, où elle a rencontré par hasard une amie mexicaine de mes parents qui s'était mariée à un Grec au Mexique. Elle était sur le point d'ouvrir un restaurant latino sur l'île. Ma sœur Marula est tombée amoureuse du projet et a donc décidé de rester là-bas avec elle pour y participer. Ensemble, elles ont démarré l'affaire. À partir de ce moment, ma sœur a commencé à vivre en Crète, et s'est mise à étudier la gastronomie et à se développer en tant que cuisinière dans des hôtels de tourisme de pointe de l'Europe. En 2010, je voulais faire les démarches pour confirmer ma nationalité grecque et je ne savais pas trop non plus ce que je voulais faire de mon avenir. J'ai donc décidé d'aller en Crète en utilisant l'héritage de mon grand-père, Giorgos Skartados, afin de connaître la nouvelle vie de ma sœur. Et voilà comment, pendant presque un an, ce paradis doré et chaleureux est devenu mon chez-moi.


Parlais-tu le grec avant de déménager?


Pour répondre à cette question, je dois remonter plusieurs années en arrière. Mes parents se sont rencontrés au port de Tampico. Mon père était dans la marine marchande et ma mère, une amoureuse de la culture grecque, était en vacances dans cette ville et aimait aller au port pour regarder les navires étrangers. Ils sont devenus amoureux et ma mère a ainsi commencé à étudier le grec. Comme elle a toujours eu un talent particulier pour les langues, elle l'a maîtrisé très rapidement. Mes parents se parlent grec à la maison depuis aussi longtemps que je me souvienne et ils décidèrent d'emmener leurs trois filles assister aux cours de grec du samedi, lesquels étaient dispensés par la communauté hellénique de Mexico. Nous y sommes donc allées pendant plusieurs années. Là-bas, j'ai parfaitement entrainé mon oreille, j'ai appris à lire et acquis des notions d'écriture.


Quand j'ai décidé de partir, je n'avais jamais pensé que la langue serait une barrière pour moi, perspective qui a radicalement changé aussitôt descendue de mon premier avion à Athènes... J'étais complètement bloquée et terrifiée (haha)! Heureusement, je pouvais tout gérer en anglais, mais lorsque je suis arrivée en Crète, les amis de ma sœur ont décidé de ne pas m'écouter si je ne leur parlais pas en grec. Ils m'ont forcé à détruire cette barrière et c'est quelque chose dont je leur serai éternellement reconnaissante. Je dis toujours que mon entrée officielle dans l'univers de cette langue était passée par un rêve... un rêve dans lequel je parlais couramment le grec. C'est donc à mon réveil, trois mois après mon arrivée en Crète, que je me suis rendue compte que je parlais grec!


Quel est le plus gros défi pour quelqu'un qui veut apprendre le grec?


J'ai remarqué que pour un Grec, il est beaucoup plus facile d'apprendre l'espagnol que pour un hispanophone le grec, mais je pense que rien n'est impossible ou trop compliqué. Quant au plus gros défi, il s’agit définitivement de comprendre l’alphabet, car il faut apprendre à donner de la valeur à de nouveaux symboles. En termes de prononciation, la différence n’est pas grande.


Pour une femme de Mexico, y a-t-il un impact à s'installer soudainement sur une île et si oui, pourquoi?


Ton niveau de vie augmente et ton rythme de vie ralentit. Le secret réside certainement dans la recherche de l'équilibre. Bien que j'aime beaucoup ma ville, y compris son chaos et son bruit, je considère que vivre sur une île grecque est l'un des plus beaux cadeaux que je me suis fait. Les gens, les paysages, les odeurs et les sensations sont enrichissants 99,9% du temps. L'un des grands avantages de ma vie en Crète est que je n'ai jamais ressenti un changement bien radical dans mes relations ou mes activités. Cette île est pleine de vie, d'intelligence, de grands discours, d'étudiants en astrophysique, de biologistes, de cuisiniers, de parents traditionnels et aimants, d'étrangers à la recherche d'aventure, d'amis inestimables et d'une variété de plats délicieux qui ne vous donneront jamais le sentiment d'être en pause ou au repos, bien au contraire.


Qu'est-ce qui t'as le plus enchanté de découvrir en Crète et pourquoi?


Les Crétois ont une configuration très particulière en matière de sentiments. Il n'est pas facile de pénétrer leur cœur ou leur cercle, mais une fois que c'est accompli, vous y restez pour toujours. Ils vous serrent dans leurs bras, ils vous accueillent, ils vous font sentir chez vous. Une des plus grandes découvertes pour moi a donc été le Crétois, le cœur du Crétois, et bien sûr, des merveilles naturelles comme Agiofarago, un endroit à couper le souffle où je n'arrivais pas à retenir mes larmes la première fois (et les suivantes) que je l'ai foulé, ou Dikteon Andron (la grotte de Dikteon), un endroit si impressionnant que j'en dirai seulement que, selon la mythologie grecque, il s'agirait de la grotte où Zeus est né, afin que vous puissiez y aller vous-mêmes pour le connaître de vos propres yeux.


Quel plat illustre parfaitement ce que la Crète représente pour toi ou évoque un souvenir de la Crète? Comment est la nourriture grecque en général?


Les gyros de Platia sont le souvenir le plus délicieux que j'ai de mes nuits en Crète. Ce n'est sûrement pas le plat le plus représentatif pour les autres, mais ça l'est pour moi. La nourriture grecque est très condimentée, avec beaucoup de fruits de mer, de salades, d'olives, de viande d'agneau. Elle est DÉLICIEUSE.


Pourquoi devrions-nous visiter la Crète? Quelle est la particularité de cette île? Pourquoi choisir la Crète au lieu d'une autre île?


C'est en 1913 que la Crète est devenue une partie de la Grèce, ce qui représente très peu de temps en termes d'histoire, n'est-ce pas? C'est pourquoi la Crète est indépendante et unique. Iraklio est magique et dorée, Rethymno est turquoise et fraîche et Chania s'avère un magnifique mélange d'or et de turquoise, à cheval entre moderne et ancien. L'ancienne occupation turque et arabe enrichit son architecture et la rend très différente et intéressante. Visiter la Crète, c'est visiter différents espaces et différentes époques en même temps.


Est-ce difficile de se rendre en Crète et une fois sur place, est-il compliqué de se déplacer d'un endroit à un autre?


C'est simple, il y a des autobus qui relient tous les quartiers des grandes villes, des bateaux à prix modérés, ainsi qu'une bonne offre de voitures de location, lesquelles sont toujours une bonne option. Il y a environ onze heures de bateau à parcourir entre Athènes et la Crète, je vous recommande donc de faire ce déplacement pendant la nuit afin d'économiser une nuit d'hébergement et ainsi ne pas perdre votre temps en voyagement lorsque vous pourriez l'investir dans la découverte de nouvelles choses.


Toi qui as grandi au Mexique, en quoi t'es-tu reconnue chez les Crétois?


Dans leur chaleur humaine et leur façon de vous faire sentir à la maison. Les Crétois sont des gens magnifiques.


Si vous pouviez décrire la Crète en trois mots, lequel choisiriez-vous et pourquoi?


Guérisseuse, sage et puissante. Parce qu'elle a rempli mon âme, elle a changé ma vie et n'a jamais cessé de m'impressionner par ses paysages. Chaque fois que je parle de mon expérience, il me manque l’autre partie, celle qui reste invisible aux yeux, et pour laquelle je ne peux que remercier chacun des piliers de ma famille qui a contribué à me donner le courage ou l’idée de cette aventure: je remercie Marula pour sa générosité à avoir partagé avec moi sa maison et ses amis crétois, à Odina pour nous avoir ouvert la voie en tant que sœur aînée, à Dimis, mon père, pour nous avoir appris que l’amour est le moteur le plus puissant et à ma mère d’être une muse, une source d’inspiration et pour ses étreintes chaleureuses et apaisantes. La Crète, c'est aussi un peu tout cela.


[1] Au revoir, en grec.


#OCTOBRE19L1

| par La vie est un piment

Voyage | Style de vie | Bonne humeur | Piment