Le parfait combo

« Charme : une manière de s'entendre répondre “oui” sans avoir posé aucune question claire. » (Albert Camus)


Je suis une fille compliquée, ce n'est un secret pour personne. On m'a donc mise au défi de te décrire quel serait l'homme parfait selon ma panoplie de critères. Heille! L'homme parfait! Rien que cela! Me poser cette question à moi, la fille qui a probablement les goûts les plus changeants de l'univers. La fille en couple depuis des siècles. La fille qui n'a pas de genre d'hommes et qui est sortie avec une gamme assez disparate de gars. La fille qui s'émerveille de tout et qui rougit vite en visualisant l'intimité. Mais bon, comme j'ai beaucoup de temps libre dernièrement, pourquoi ne pas me prêter au jeu et essayer de dresser ma petite liste? Fantasmer sur le parfait combo est une gâterie que l'on ne se permet pas assez souvent, même si c'est gratuit. Oui, on est niaiseux de même. J'espère juste que je réussirai à ne pas faire passer les hommes pour de vulgaires morceaux de viande. En même temps, au nombre de fois que les femmes passent pour des sucreries, c'est de bonne guerre.


Déjà, je t'avertis, je ne suis pas du genre à tripper comme une damnée sur des frames à la Jason Momoa (je mens déjà un peu, là), même si j'aime les hommes plus baraqués, plus grands que moi. Ça me laisse assez d'options, vu mon super cinq pieds un et trois quarts sans talons. Cela dit, je ne suis pas une fan des six packs, sauf lorsqu'ils se boivent bien froids par une torride journée d'été. De toute façon, j'en ai pas, moi, un six pack. Je serais bien mal placée pour en exiger un en retour. En même temps, fuck that, je suis dans le fantasme, come on, donc ça se pourrait que... J'hésite, parce que les gars un peu moelleux me plaisent aussi, if you know what I mean. Bref, le xylophone abdominal est optionnel, mais j'aime quand-même les gars qui sont capables de m'enrober d'une simple accolade et me faire disparaître dans leurs bras à l'instar d'une nappe de brume soudaine. J'aime aussi les yeux rieurs et pétillants, la barbe de deux jours, les beaux grands sourires et les nez avec du caractère. Oui, du caractère, ou si tu préfères, qui occupent l'espace, mais de façon harmonieuse, pour ne pas dire remarquable, comme celui de Patrice Bergeron, d'Alex Kovalev, de Denzel Washington, de Javier Bardem ou de Wladimir Klitschko, pour te donner une petite idée du «genre», vois-tu. Je ne parle donc pas de gros nez, mais de beaux gros nez. NUANCE. Tout le reste est à géométrie variable.


Le physique, ça compte, je ne le nie pas. Il faut de l'attirance et que ce soit délicieux pour l'œil. Mais rien ne bat le charme, le charisme et la chimie lorsqu'il est question de séduction. On a beau dresser toutes les listes du monde, la magie, c'est la magie. On ne peut y échapper. Moi, ce qui m'aide à me déshabiller et me mettre à l'horizontale, c'est ce cocktail terriblement séduisant d'intelligence, d'éloquence... et d'hygiène corporelle, et pas juste un beau derrière galbé remplissant bien un jeans. Un homme a beau être sexy à souhait lorsqu'il se promène à moitié nu sur une plage, s'il s'exprime comme un gorille, qu'il est trop douchebag, sent les restants de frigo et ne connaît rien du monde et de l'actualité, ça me coupe l'envie automatiquement. Un beau puant, ça reste un puant pareil. On en oublie vite la beauté. Tous les hommes ayant passé dans ma vie possèdent ce trio d'atouts, et même le nez impérial et les bras enveloppants ne peuvent éclipser ces caractéristiques. C'est le package de base non négociable. Ajoute à ça une touche d'indépendance, l'amour de la lecture, du sport, des courbes généreuses, du voyage, un homme politisé, amant de la culture, de la bonne bouffe, de l'euphorie urbaine tout autant que du calme de la nature, et là, ça devient carrément aphrodisiaque. Si en plus il a THE nez, je capote ben raide! Et s'il est dans la bonne tranche d'âge... (pas trop jeune et pas trop papi), c'est les feux d'artifices, non, c'est l'apothéose! Mieux encore, c'est INCOMMENSURABLEMENT attirant. Oui, l'affaire mérite certainement que je place mon mot préféré en majuscules. Aux grands hommes les grands mots.


Qui a dit qu'on devait avoir avoir un seul genre, dans la vie? Si c'était aussi simple, les blind dates seraient un gage de succès automatique. Tous les matchmakers en herbe suivraient simplement cette logique de base: «Tu aimes les hommes roses de six pieds et il aime les femmes dominantes avec des gros seins, on va vous envoyer souper et abracadabra!» Pourquoi devrait-on cataloguer ceux qui nous attirent en fonction d'un seul trait de personnalité, d'ailleurs? Après tout, un individu possède de multiples facettes. Un homme peut être rose, macho, bourreau de travail, casanier, contrôlant, nonchalant, hippy, homme à femmes, prince charmant, romantique, tranquille, têtu, bête de sexe, accro aux Germaines, du genre «sois beau et tais-toi», sugar daddy, sado-maso, rat de biblio, geek, snob, vieux garçon, un peu colon... Pick and choose, baby. Les combinaisons sont infinies. En plus, ce n'est pas écrit dans notre face qu'on est comme ceci ou comme cela lorsque l'on déambule dans la rue, et pourtant, on s'enfarge quand-même sur un coup de désir, trop souvent. Déjà, un homme qui sent le ciel, ça brouille notre esprit. Notre sens critique se noie dans ces effluves aux promesses inépuisables. Maudites phéromones.


J'ai demandé à quelques femmes d'âges et de backgrounds différents de me lancer comme ça sans aucun fla-fla ce qui serait susceptible de les faire craquer pour un homme, autant physiquement que de personnalité. J'ai eu beaucoup de plaisir à compiler leurs réponses très diversifiées: Beau sourire, authenticité, honnêteté, look versatile et décontracté (capacité de switcher les baskets pour le veston en un claquement de doigts), look sportif et relaxe, un membre viril ni trop gros ni trop petit (j'ai ri, j'avoue), indépendance financière (ben oui, chacun son argent!), confiance en soi mais pas cocky, de belles mains masculines, une barbe, un sens de l'humour aiguisé, de beaux yeux, un regard dans lequel on peut lire, grand et blond avec un p'tit air intello, un teint halé, gentillesse avec une touche de maladresse attendrissante, qu'il soit attentionné et ouvert d'esprit pour parler de n'importe quoi, capable de se dévoiler lorsque c'est propice, capable de dire «je t'aime», sachant utiliser sa langue, tatoué, aimant les chiens. Ce ne sont pas mes mots, ce sont les leurs. Il y en a donc pour tous les goûts. Quand on dit que les femmes aiment un certain pattern d'hommes, selon mon pseudo sondage scientifique, c'est loin d'être le cas et on trouve autant de critères valables qu'il y a de femmes en ce monde. Le cliché de la fille attirée par les bad boys ou par les vieux riches, c'est... Ok, ça existe aussi, mais il y a plus, il y a plus...


Tout cela pour dire que si tu cherches à rencontrer une femme, il y en a forcément une qui s'intéressera à ta manière d'être si tu n'oublies pas de focaliser sur mon package de base (permet-moi de faire le perroquet en te le rappelant: intelligence, éloquence et hygiène corporelle) en plus de faire ton paon pour ainsi mettre en lumière ta multitude d'autres atouts. Tu n'as pas besoin de faire un Chris Hemsworth ou un Bradley Cooper de toi-même pour réussir ton coup. Il y aura toujours quelque part une femme préférant la vanille au chocolat. Bon, si tu es un dépendant affectif, que tu as un problème de consommation ou que tu es un narcissique invétéré... peut-être que ça ajoute une couche de difficulté supplémentaire à ton exercice de drague, mais il existe d'excellents psychologues dispos à te remettre en selle, mon ami. Et si jamais ça ne fonctionne pas, il te restera toujours Pornhub, mais avant de te rendre là, ose donc faire le grand ménage, au cas où ça fonctionnerait. Tsé.


Sans trop m'encarcaner dans une définition précise de l'homme idéal, je raffole surtout des hommes assumés qui savent et montrent ce qu'ils veulent. Et si je me fie à mes gentilles comparses ayant répondu à mon sondage maison, je ne suis pas la seule. Lorsque l'on est en mode cruise, la direction doit être claire. Il y a souvent trop d'intentions cachées derrière le grand art du flirt. Que l'on cherche une relation amoureuse stable et exclusive, le futur père de ses enfants, un polyamour, un fuck friend, une amitié avec des extra, un amant sporadique pour se réchauffer les foufounes en hiver, une histoire d'un soir pour combler un vide, de nouvelles expériences, à se faire remonter un brin l'estime de soi, un ex de secours en backpocket, ou que l'on soit assez généreux pour offrir ses services gratuitement à une âme en déroute (la bonne action du jour)... tout est possible lorsque la prémisse de base est limpide. Parce que ce ne sont pas toutes les filles qui cherchent un engagement formel, contrairement à la rumeur. Le gars a beau être parfait, le timing ne l'est peut-être pas, lui.


Je me dis que si du jour au lendemain je me retrouvais célibataire, j'aurais bien de la difficulté à me trouver un partenaire, que ce soit pour une nuit ou pour la vie. Séduire est devenu trop compliqué. Je suis d'une autre époque, moi. Je ne suis plus habituée à me laisser courtiser, à me faire dire que je suis jolie. J'ai l'impression que j'aurais l'air d'une néophyte en la matière. Puis, je me dis que je serais meilleure que je ne le crois. Cela dit, ma liste est probablement trop longue et irréaliste. Et puis la perfection, c'est ennuyeux. Les messieurs de ce monde n'ont donc pas à s'inquiéter, on va les prendre volontiers tels qu'ils sont... même avec la petite bedaine, leurs polos un peu ringards et leurs jokes plates. Je lève donc mon verre à la séduction, à la diversité et à l'imperfection! Santé!


#LauneTEXTE2 #AVRIL20L2

| par La vie est un piment

Voyage | Style de vie | Bonne humeur | Piment