Six belles nuances d'aventuriers



Il y a déjà une vingtaine d’années (my God que j’ai vieilli), je tentais le coup vers une vie à l’étranger, comme un petit papillon qui commençait à déployer ses ailes fripées. J’avais presque dix-sept ans, un diplôme d’études secondaires en poche et je venais de décider tout bonnement que je déménageais au Mexique pour apprendre l’espagnol. Juste comme ça. Parce que. Point barre. J’allais y rester une année presque complète, laquelle allait marquer ma vie au fer rouge à jamais. Deux ans plus tard, après des études collégiales réussies, je décidais de repartir vers l’état de Sonora pour y commencer l’université et y retrouver mon amour de l’époque, Antonio, avec qui je partageais une relation qui s’était continuée miraculeusement à distance pendant tout le Cégep. Et comme j’étais persuadée que c’était LA SEULE chose à faire pour une fille qui avait une soif inassouvie de découvertes et d’aventures, j’avais réussi avec ma tête de cochon à en convaincre mon entourage, non sans user «d’huile de coude» à profusion.


J’ai donc emménagé tout de go dans un pays qui, suite à l’assassinat de Luis Donaldo Colosio [1] et à la disparition de Carlos Salinas de Gortari [2] avec la fortune du pays, était en pleine reconstruction, avec une familia mexicana pour m’aimer et m’appuyer dans mon intégration à la culture sonorense. Déjà, je vivais en union libre (sacrilège!) dans un pays où c’était terriblement mal vu. Je me rappelle du curé de notre paroisse qui me regardait avec grand désappointement, hochant la tête de droite à gauche, roulant des yeux comme une diva et soupirant incessamment en ma présence, pour tenter de me faire comprendre que JE DEVAIS ME MARIER. Je souriais, patiente, et passais mon chemin en me dandinant avec ce petit air insouciant de la jeunesse qui croit pouvoir tout vaincre, même les préjugés, qui n’étaient eux que de petits cailloux dans ma bottine. J’allais à l’université dans une ville où on pouvait compter les étrangers sur les doigts d’une seule main, je parlais un espagnol cowboy qui faisait rire tout habitant du Sud du pays aussitôt que les notes sortaient de mon bec d’oiseau, véritables petits piaillements musicaux aux rythmes de banda, de cumbia et de música norteña. Que de souvenirs fantastiques émergent dans mon esprit quand je repense à cette période! Amitiés indéfectibles, fomentation de valeurs qui me sont encore chères aujourd’hui, apprentissages multiples, voyages et soleil, développement de mes papilles gustatives, ouverture graduelle de mon esprit alors encore inconscient de toute la richesse du monde… J’étais une gamine avant, et tout à coup, le Mexique faisait de moi une femme, la femme que je suis encore maintenant en grande partie. J’étais alors une jeune «expat», quand le mot n’était même pas encore à la mode.

Si je vous raconte tout cela, c’est pour mieux introduire la série de textes que je vais vous présenter et qui traiterons ici de six discussions que j’ai eu avec des gens passionnants, six belles nuances d’aventuriers qui n’ont pas froid aux yeux, des jeunes professionnels de tous les milieux et de toutes les origines, qui ont décidés, à un moment où à un autre, de partir tenter leur chance à l’étranger, que ce soit pour étudier, y travailler, ou pour changer de vie, tout simplement. Leur ouverture, leurs motivations, leurs constats, leurs succès et leurs déceptions font partie des points que j’ai abordés avec eux, et ils nous ouvrent avec beaucoup d’humilité les portes de leur vie d’expatriés pour vous montrer que le monde est plus petit qu’on ne pourrait le croire, quand on a un projet en tête.

Osez lire tous les textes. Ça vous donnera peut-être envie de déployer vos ailes et de voyager un peu, que ce soit sur le tapis volant de votre imaginaire ou les fesses bien posées sur un étroit siège d’avion. Le déracinement est souvent une source de croissance personnelle fabuleuse. L’envie d’autre chose, de voir ailleurs, de comprendre comment l’autre vit au quotidien loin de notre zone de confort, s’avère un besoin naturel et légitime. C’est en l’assouvissant que l’on pourra plus aisément contribuer à la construction d’un monde meilleur, plus équitable, plus équilibré, moins fermé.




Dominic Oduro est un joueur de soccer professionnel. Ghanéen d’origine, il a quitté son pays à seulement dix-sept ans pour l’Amérique, dans le but de poursuivre deux rêves en simultané: Devenir le premier de sa famille à aller à l’université et poursuivre une carrière dans son sport de prédilection, le soccer. Il m’a raconté comment la transition s’est faite pour lui, comment il a vécu l’adaptation à son nouveau milieu, et quels étaient les choix qui s’imposaient.

POURSUIVRE LA LECTURE





Jody Lee Potvin-Jones, architecte gaspésienne d'une famille mi-francophone, mi-anglophone, a quitté le Québec pour le Danemark, avec l'envie d'aller se perfectionner en architecture écologique. Y emménageant avec un conjoint canadien qui lui, n'allait pas survivre à toute cette manne de changements. Elle y est maintenant depuis sept ans, et sa philosophie de vie, les rencontres qu'elle a faites et les lieux qu'elle a foulés ont contribué à en faire une femme bien de son temps.

POURSUIVRE LA LECTURE





Joshua Moreno a eu une vie hors de l’ordinaire depuis toujours. Torontois d’origine, provenant d’une famille aux origines juives, japonaises et latines,  il a toujours eu soif de découvrir le monde, et de s’établir à l’étranger assez longtemps pour se déstabiliser un peu et briser la routine. Après s’être marié avec son conjoint irlandais, il a décidé d’emménager à Dublin. Josh étant maintenant propriétaire d’une boutique «Art de vivre» un peu vintage dans la capitale. Il nous parle d’une Irlande en pleine évolution, dont les mœurs changent plus rapidement qu’on ne l’aurait cru.

POURSUIVRE LA LECTURE




Siobhán Thomas, Australienne fonceuse et ouverte d’esprit a décidé un jour de partir à l’aventure. Lors d’un voyage au Cambodge, elle rencontra celui qui allait la faire chavirer, un moine bouddhiste qui abandonna son mode de vie pour l’épouser. Ils décidèrent de s’établir à Hong Kong, à mi-chemin entre Sydney et Siem Riep, où ils vivent depuis plusieurs années, y ayant fondé une famille de deux petits garçons curieux et ouverts sur le monde.

POURSUIVRE LA LECTURE




Korinna Stricke, néo-zélandaise à la personnalité colorée ayant tout laissé pour accepter une offre d’emploi au Moyen-Orient, a vécu en Égypte, en Turquie, puis à Alep en Syrie, où elle a trouvé l’amour de sa vie et l’a épousé. Avec la guerre, ils ont dû quitter le pays. Depuis lors, son époux Muhammad et elle rêvent du jour où ils pourront retourner en Syrie. Elle nous ouvre les portes d’un univers qui ne nous est rapporté que par les médias, qui n’ont aucune idée de la réelle culture locale.

POURSUIVRE LA LECTURE




Noureddine Barka, Marocain, a immigré au Québec, d’abord pour les études, puis est resté accroché aux lieux pour le boulot. Professeur à l’UQAR, il est un modèle d’intégration, d’ouverture et d’adaptation à son pays d’accueil. Il est la preuve vivante qu’un expatrié peut vivre ici en gardant un équilibre entre ses origines et les caractéristiques de sa terre d’accueil. De ses yeux de migrant, il peint un portrait fort pertinent du Québec, son chez-soi assumé.



POURSUIVRE LA LECTURE

| par La vie est un piment

Voyage | Style de vie | Bonne humeur | Piment